DERNIERES ACTUS !

Avenir de Rennes Métropole : approfondir, avant d’élargir

Le conseil communautaire de Rennes Métropole discutait, jeudi 29 avril dernier, et à la demande du Préfet, de l’avenir de l’intercommunalité, dans l’optique d’une réforme de la carte intercommunale. Pour le PRG, qui s’exprimait par la voix d’Honoré Puil, cela suppose pour l’agglomération rennaise que l’on examine d’abord le projet communautaire, avant de se fixer comme objectif le statut de « métropole ».

Monsieur le Président,
Chers collègues,

Le rapport dont nous sommes saisis ce soir est sans doute la première pierre posée sur le long chemin qui nous conduit vers une agglomération élargie. Ce débat nous ne pouvons pas y échapper puisqu’il se tient à l’initiative du représentant de l’État. C’est en effet le gouvernement, à travers la réforme territoriale, qui a mis sur la table la question de la taille des intercommunalités, et de l’achèvement de la carte intercommunale.

Pour autant, les arguments que nous entendons au niveau national, sur la faiblesse des communautés de communes ou sur les communautés urbaines inachevées concernent moins Rennes et la Bretagne que des territoires comme Marseille, Toulouse, ou la région lyonnaise. Car nous avons ici une très longue expérience du travail en commun et du fait intercommunal. La manière dont nous avons su construire, au fil des ans, notre intercommunalité, est souvent prise en exemple. En effet, cela fait quarante ans maintenant que l’agglomération rennaise s’est constituée en district, puis en communauté d’agglomération.

Pour ce qui est de l’évolution de l’intercommunalité, la position des élus Radicaux de Gauche est claire : nous sommes d’accord pour mettre en place des dispositifs plus cohérents, qui correspondent davantage aux territoires vécus. Cela suppose naturellement un élargissement de Rennes Métropole, mais en priorité vers les communes du Pays de Rennes (je n’oublie pas bien évidemment la problématique particulière de la commune de Le Verger). Nous avons déjà, avec ces communes et EPCI, une expérience du travail en commun. Pensons au SCOT (qui est un des documents les plus importants fixant le cadre d’action de Rennes Métropole), à ce qui est fait au niveau du Pays touristique, en matière d’agriculture, d’habitat ou encore à la Charte d’urbanisme commercial, qui elle aussi témoigne de la solidarité qui est la nôtre vis-à-vis de territoires plus éloignés du noyau urbain.

Chacun voit bien qu’avant d’imaginer de pouvoir nous élargir à la totalité de notre aire urbaine, nous avons d’abord à approfondir notre culture commune avec celles et ceux qui nous sont les plus proches ; à vouloir aller trop vite ne risquerait t-on pas de fragiliser l’objectif final : à savoir le renforcement de notre communauté et ce quelque en soit le statut ultérieur ? Avançons par cercle concentrique – dans l’esprit mentionné dans le vœu – ; à un élargissement qui serait trop rapide préférons la démarche prudente de l’approfondissement

Bien évidemment lorsque nous mentionnons prioritairement le Pays de Rennes, il s’agit bien de tout le Pays de Rennes. Nous devons rester attentifs à la manière dont va s’exercer dans le futur la solidarité communautaire et métropolitaine : il nous faudra veiller à un certain équilibre entre l’arrivée de communes moins favorisées et moins peuplées et l’entrée dans la métropole de communes plus favorisées et plus peuplées. Le danger serait en effet de laisser se constituer des « bastions de riches », en marge de Rennes Métropole.

Un mot, maintenant, sur le statut de « métropole », tel que le prévoirait la loi issue du rapport Balladur. Nous pensons qu’il ne faut pas le poser comme préalable à toute évolution. D’abord, nous ne savons pas ce qu’il adviendra du projet de réforme territoriale. 2012 est dans toutes les têtes. En tout état de cause ce statut de « métropole », doit être vu en prenant en considération le Département, auquel le PRG est très attaché comme les français dans leur ensemble. Personne ne conteste, je crois la nécessité de clarifier les compétences des uns et des autres mais il ne faudrait pas subrepticement en arriver à vider de sa substance le département. Nous n’’irions d’ailleurs pas dans le sens souhaité par nos concitoyens comme le révèle le sondage tmo du 7 avril dernier. A la question, quel échelon parmi les collectivités territoriales faut-il supprimer ils ne citent le département qu’en troisième position, derrière la région (mais il est vrai qu’il n’en restera pas grand-chose si le projet de loi portant réforme des collectivités locales voit le jour) et l’intercommunalité. C’est dire si nous avons des efforts à faire pour expliquer ce qu’est l’intercommunalité et ce qu’elle apporte à nos concitoyens !

Pour les Radicaux de Gauche, il ne faut pas commettre l’erreur qui consiste à concentrer l’essentiel des ressources du département au sein d’une métropole, dotée de compétences élargies et rassemblant, autour d’un noyau urbain, une vaste zone périurbaine, laissant au Conseil général d’Ille-et-Vilaine la gestion de territoires ruraux, éloignés des centres urbains, à la population vieillissante, et amputés des ressources – économiques et démographiques – nécessaires à leur développement.

Par ailleurs, il faut dès maintenant se poser la question : pour mettre en œuvre son projet communautaire, Rennes Métropole a-t-elle vraiment besoin de gérer les collèges et les lycées ? De gérer l’aide sociale ? De s’occuper des routes ? Bref, de prendre au Conseil général les compétences qui lui permettent de déployer des politiques publiques solidaires. Surtout lorsqu’il décide, comme en Ille-et-Vilaine, de créer des agences départementales pour se rapprocher de la population.

Voilà pourquoi je me réjouis de relever qu’est réaffirmée, à plusieurs reprises, dans le texte dont nous discutons ce soir la notion de solidarité départementale.

En définitive, oui nous devons nous donner les moyens de mettre en œuvre un projet communautaire au service de notre développement territorial. Cela passe par le renforcement de notre coopération intercommunale et à notre capacité à travailler ensemble. C’est je crois aussi l’esprit dans lequel a été préparé ce vœu que voteront les élus communautaires du Parti Radical de Gauche.

Info qui pourrait vous intéresser...

Lancement de la révision du Programme Local de l’Habitat – Délibération présentée par Honoré Puil, lors du conseil métropolitain du 15 avril 2021.

Madame la présidente, cher(e)s collègues, Le projet de délibération que je vous propose, ce soir, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

vingt − dix-huit =