Budget primitif 2020 : intervention d’Honoré Puil
février 3, 2020
0

Madame la Maire, Cher(es) collègues,

Permettez-moi, tout d’abord, de remercier notre collègue Marc Hervé pour la présentation qu’il vient de nous faire : claire, détaillée. Mes remerciements, et celui de mon groupe, vont aussi aux services de la Ville, dont nous connaissons et reconnaissons l’expertise et le savoir-faire afin que nous puissions présenter un budget en équilibre qui préserve les missions des services publics.

Cependant, un budget, ce n’est pas seulement un ensemble de chiffres ordonnancés selon les règles, c’est aussi la traduction d’engagements, de valeurs, une certaine vision de la ville. C’est sous ce prisme que chaque formation politique examine, dessine, imagine l’avenir de la ville et donne une tonalité particulière à chaque intervention.

Pour les Radicaux, il s’agit de veiller à l’égalité des droits, de faire vivre les valeurs de la république, de s’assurer du respect de la laïcité au quotidien.

L’égalité des droits dans ce budget ce sont, par exemple, les actions conduites en faveur de l’égalité femmes/hommes qui s’exprime au travers du soutien aux associations de terrains  au profit du Mouvement français du Planning Familial, au  profit du CIDFF35 ou encore de Déclic Femmes.

L’égalité des droits, c’est encore la justice sociale et les moyens que nous souhaitons plus importants sur les zones où les populations sont les plus défavorisées. Cette orientation politique s’exprime tout à la fois dans ce budget  à travers les sommes affichées en faveur des solidarités et de la cohésion sociale à hauteur de 17,093 M€ , la subvention du CCAS sera aussi renforcée notamment pour mettre en place le centre municipal d’hébergement d’urgence à destination des migrants en partenariat avec Rennes métropole. En matière de justice sociale, il nous faudrait rajouter (et même si ce ne sont pas les mêmes budgets) les actions menées par les bailleurs sociaux, la métropole et d’autres dans le cadre du nouveau programme de renouvellement urbain du Blosne et de Maurepas. Les associations, par leurs actions, participent aussi à faire vivre la justice sociale dans nos quartiers, dans le cœur de la ville. Je crois que ce budget témoigne du soutien indéfectible de la ville de Rennes au monde associatif. Et à chaque fois que nos services publics municipaux se consolident, se modernisent dans nos quartiers nous renforçons  l’égalité, la justice et contribuons à lutter contre la précarité ou la relégation. Telle doit être notre ambition. L’égalité des droits c’est aussi le soutien que nous apportons aux associations qui militent contre le racisme ou la haine anti lgbt.

Faire vivre  (et connaître) les valeurs de la république passent par notre volonté de mieux faire connaître et appliquer ce que sont les principes de la laïcité et plus globalement les valeurs de la république. Nous avons, depuis maintenant quelques années, dans cette ville un comité consultatif de la Laïcité, une charte de la laïcité et chaque année en décembre diverses actions sont conduites dans la ville ou encore auprès de ses agents. Il est sûrement possible d’aller encore plus loin  sur cette thématique– par exemple en développant par exemple une maison de la laïcité – visible pour chaque citoyen…mais ce qui est essentiel est que nous parvenions à lutter contre les replis communautaires.

S’assurer de la laïcité au quotidien, c’est évidemment dire que la question de l’école et de la petite enfance  est première car c’est là que se construit une société laïque.

Dans ce budget, l’enfance, la jeunesse, les politiques éducatives sont une priorité.

Les actions en faveur de l’enfance, de la jeunesse des politiques éducatives portent principalement sur le développement du patrimoine scolaire .Une priorité pour notre équipe municipale que d’entretenir ces bâtiments pour le bien-être des écoliers, et favoriser l’installation de jeunes familles soucieuses de la réussite scolaire de leurs enfants.

Et puis s’assurer de la laïcité au quotidien c’est aussi répondre à la diversification par exemple par des modes de garde souhaitées par les familles,et  la ville augmente sa participation au financement de crèches :  je pense par exemple à l’augmentation de l’offre de place en crèches, 18 places de multi-accueil Parenbouge ; autre exemple la reprise de la gestion de la crèche départementale qui offre 47 places. Une subvention  sera également consacrée à l’accompagnement du projet de la halte-garderie ; la ville renforce aussi son aide en faveur des projets d’écoles .

La laïcité au quotidien c’est aussi les relations que nous entretenons avec les associations. Mais toutes ne sont pas identiques et certaines ne font pas mystères de vouloir un autre projet de société. Voilà pourquoi – et comme nous l’avons toujours fait depuis le début de ce mandat – nous continuons à regretter le niveau de financement que la ville apporte à l’enseignement privé (il augmente encore cette année mais du fait me semble-t-il de l’augmentation des effectifs), ou encore à d’autres associations dites cultuelles. Je pense ici au Centre Culturel d’Avicenne de Rennes ou le Centre Culturel Bouddhique…

Et puis s’assurer de la laïcité au quotidien c’est aussi s’intéresser au budget de la culture qui est source d’émancipation , et la culture dans notre budget c’est 12 M inscrit.

Parler de ce budget, c’est aussi dire qu’il s’inscrit pleinement dans les objectifs présentés lors du débat d’orientation budgétaire : continuité de projet, avec la volonté de poursuivre et de mener à bien la politique d’investissement et d’aménagement du cadre urbain déjà engagée, le tout en conformité avec  le Pacte financier. Et Il  importe de souligner le volontarisme dont nous faisons preuve en maintenant par exemple les taux d’imposition de notre ville, identiques depuis 2014. La baisse des dotations aurait pu nous conduire à reporter l’effort sur les habitants de Rennes. Nous avons au contraire fait le choix, politiquement fort, le choix assumé de ne pas recourir à des solutions de facilité. Notre groupe se félicite du choix de la non augmentation des taux d’imposition.

Notre groupe se félicite également du haut niveau d’investissement de ce budget, les sommes ont été rappelées à l’instant par Marc Hervé, haut niveau d’investissement de ce budget qui se traduira par la poursuite d’opérations attendues par rennaises et les rennais : je pense, par exemple, à la fin des travaux de réhabilitation de la salle de la Cité ou de la MJC de la maison de Suède, les aménagements de la ligne b du métro ….

Avec ce budget 2020, nous sommes en mesure de respecter nos engagements pris devant les Rennaises et les Rennais. Au-delà, pour ce qui est des Radicaux, ce budget reste fidèle aux valeurs qui fondent notre engagement dans la Cité et aux convictions que nous défendons et qui se nomment : égalité des droits, valeurs de la république, laïcité au quotidien.

Honoré Puil – Président du groupe MRSL – Ville Rennes