DERNIERES ACTUS !

Honoré PUIL est intervenu sur la mission 5 G

Madame la Maire, Chers collègues,

Lors du lancement et de l’installation de la mission 5 G nous pouvions légitiment être inquiets sur son devenir et sa capacité à analyser cette technologie avec raison et objectivité.

L’annonce même de la création de cette mission, à l’automne dernier, avait provoqué désarrois et frissons auprès d’une partie de la population et dans le secteur des télécommunications.

Je ne reprends pas ici les remarques, souvent peu amènes, formulées mais chacun s’en souvient.

Force est de constater que tout cela est derrière nous.

La mission 5 G est un succès.

Elle est un succès car elle a permis de mettre autour de la table des élus, des citoyens mais aussi des experts. Ce faisant nous avons pu – sous le regard bienveillant de la commission du débat public – grandir ensemble sur un sujet que nous ne connaissions pas. Merci aussi à Pierre Jannin pour sa présence toute en retenue tout au long des travaux mais aussi à Anne Chevrel et son équipe.

Elle est un succès aussi car la mission est parvenue à formuler, à l’attention des citoyens, de notre conseil municipal des propositions concrètes et opérationnelles dans le champ de compétence qui est le nôtre.

Elle est un succès encore car elle a, sans doute, contribué à sortir cette technologie du champ idéologique, dans laquelle certains souhaitait l’enfermer, pour l’examiner sous un angle plus rationnel et une vision plus équilibrée. Elle aura permis aux membres de la mission de prendre en compte le champ du réel, de la réglementation, des avantages et des inconvénients… bref de la complexité d’un sujet.

Je ne vais bien évidemment pas reprendre ici les 54 propositions, les sept enjeux et huit axes d’actions.

Pendant les travaux de la mission, notre groupe a insisté sur l’intérêt de sensibiliser les citoyens, les consommateurs à l’usage de la 5G et à la sobriété numérique. Nous pensons donc que toutes les campagnes d’information sur le sujet sont bonnes à prendre. De même, nous avons proposé que soit mis en place un comité de suivi ou un comité consultatif permettant à la ville de rendre compte aux rennais et aux rennaises des actions qui seront engagées.

La 5G est, pour notre territoire rennais et métropolitain, une nécessité, une opportunité. Non seulement parce que le réseau 4 G sera prochainement saturé mais tout simplement parce qu’elle est indispensable à notre développement économique, social et environnemental. Indispensable pour la santé, indispensable pour le développement des automates industriels, indispensable pour réussir la ville écologique. Pensons à ce qu’il est et sera possible de faire en matière d’éclairage public, de gestion des flux automobiles ou autres, de voiture autonome, de robots de livraisons, de gestion des immeubles collectifs, de gestion de déchets, de gestion des consommations électriques !

Comme toujours dès l’instant où il s’agit de technologies nouvelles – il y a des menaces…mais elles semblent bien inférieures aux opportunités. J’appartiens à une formation politique qui a confiance dans le progrès…ce n’est pas si évident aujourd’hui tant le sentiment « technophobe » tend à se développer.

Oui, il y aura des consommations énergétiques supplémentaires mais il y en aura aussi beaucoup en moins, à terme. Tout est affaire de bénéfices/risques ! En tout état de cause, il nous semble important de continuer à objectiver, de développer un savoir-faire méthodologique permettant d’analyser de manière transparente la façon dont s’opère le déploiement de la 5 G puis sans doute, plus tard, la 6 G. De même, qu’il est pour nous très important de travailler le sujet autour de la protection des données (protection physiques, protection juridiques).

Dans le débat qui nous occupe, l’enjeu n’est pas d’être pour ou contre la technologie 5 G – ce que nous étions sans doute, pour certains, au début de la mission – ni d’opposer la 5G à la question environnementale mais plutôt d’imaginer les conditions pour que la technologie se développe dans le sens que l’on souhaite. Et c’est à ce stade que les autorités de régulation nationales ou locales (notre conseil municipal donc !) ont leur rôle à jouer sous l’angle de la responsabilité politique.

Mais, nous sommes aussi dans un environnement concurrentiel et il n’est donc pas pensable que nous n’y soyons pas. De ce point de vue, il est heureux que le déploiement de la 5 G ne dépende pas des territoires mais bien de l’État. Le droit à la communication est un droit fondamental. Qu’en serait-il si un territoire décidait de déployer mais pas un autre ? Ce serait une rupture d’égalité par rapport à un droit déjà mal respecté puisque certains territoires sont encore à peine desservis par la technologie 3 G ou 4 G ?   En revanche, nous sommes aussi en droit d’attendre de cet état qu’il soit transparent, qu’il protège nos libertés par rapport aux outils numériques en général mais qu’il assure aussi aux personnes les plus éloignées de ces technologies un égal accès. Je pense aux personnes âgées ou encore aux personnes en difficultés sociales.

Honoré PUIL

Président Groupe Mouvement Radical

 

Info qui pourrait vous intéresser...

Débat de politique générale : intervention de Honoré Puil sur la question de la politique du logement en France

Madame la Maire, Chèr(es) collègues, En fin de semaine s’est déroulé au couvent des Jacobins, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix-neuf − 17 =