DERNIERES ACTUS !

Honoré Puil est intervenu sur la question des Droits de l’enfant

Madame la Maire, mes chers collègues,

Nous venons de célébrer le 20 Novembre dernier le 31è anniversaire de l’adoption par l’Assemblée Générale des Nations Unies de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. À ce titre, il me semble important aujourd’hui de nous emparer, ensemble de ce sujet plus que primordial en ces temps marqués par des inégalités et autres injustices sociales toujours plus profondes et plus nombreuses.

Ne faisons pas de cette journée qu’un simple moment dédié au devoir de « mémoire ». Les commémorations c’est bien, mais l’action est encore mieux.

Nous devons en effet, en profiter pour informer, promouvoir mais également réfléchir à la mise en œuvre quotidienne des Droits de l’ Enfant. Parce que ces enfants sont aussi les nôtres et ceux de la République nous nous devons d’agir.

Il n’est pas, me semble-t-il, cherré de dire que la République et le monde de demain en dépendent puisque les enfants d’aujourd’hui seront les adultes de demain.

Rappelons tout de même qu’aussi surprenant que cela puisse paraître, la gestion de la protection de l’enfant n’est pas une compétence de l’Etat mais des départements. Ceci est grave, puisque comme chacun le sait ici, les départements ne jouissent pas de portefeuille financier équivalent. Ceci marque un manque d’équité effrayant quand on sait qu’il s’agit de protéger les enfants de la République.

Est-ce honorer notre devise nationale quand celle-ci met un point d’honneur à parler d’égalité alors que nos enfants ne jouissent malheureusement pas des mêmes droits ? Je ne le pense pas.

Il est intolérable de savoir qu’en 2020, nous recensons des cas de maltraitances  dans notre pays. Il est plus qu’intolérable de savoir que dans notre pays, dit avancé, des enfants sont malnutris, déscolarisés, battus voire tués par leurs géniteurs.

Pour ces enfants, victime de l’ignorance, de leur innocence, de leurs pseudos parents ou encore du système, nous devons mettre en lumière ces vies, ces potentiels gâchés pour que l’oubli ne vienne encore plus les salir.

Lyes Louffok, ancien enfant malmené, aujourd’hui membre du Conseil National de la Protection de l’ Enfance a écrit un livre bouleversant sur le sujet. Intitulé pour ceux qui souhaiteraient se faire une idée plus concrète de la chose « Dans l’enfer des foyers ». J’aimerais que nous retenions ces quelques chiffres sans pour autant faire un inventaire à la Prévert… 

– 1 SDF sur 4 est un ancien enfant placé

– 2 enfants meurent chaque semaine sous les coups de leurs géniteurs

– 1 viol a lieu toutes les heures

– 73 000 enfants sont victimes de violences familiales dans notre pays.

Depuis maintenant de nombreux mois notre majorité à la ville de Rennes en collaboration avec ses nombreux partenaires s’évertuent à traiter ce sujet avec attention, sérieux et de façon innovante via de nombreux projets.

L’objectif est simple: organiser des temps forts où l’enfant est au coeur du process pour pouvoir encourager le développement des initiatives de ce type. Nous ne pouvons décemment pas laisser à l’écart les principaux intéressés, c’est-à-dire les enfants eux-mêmes. Décider sans avoir eu la décence et l’humilité d’écouter leurs propositions et leurs visions des choses n’auraient pas eu l’effet escompté.

Pour ce faire, un conséquent travail de recensement d’idées et d’écoute a été mis en place dans l’ensemble des quartiers de la métropole rennaise.

Citons l’exemple de cet appel à projet organisé autour de la thématique du « droit à vivre dans des conditions décentes ».

Mis en place par différents acteurs de notre territoire, il propose de traiter ce sujet via différents canaux à savoir l’exposition, l’animation et la rencontre, et ce, d’ici fin 2020- début 2021.

Il serait souhaitable que cette sensibilisation, cette réflexion, cette introspection que nous proposons à nos concitoyens d’avoir sur eux-mêmes, sur leur entourage et sur le monde qui les entoure amènent à des prises de conscience, des prises de positions mais également des actions concrètes afin de pérenniser le combat qu’entreprend notamment la Ville de Rennes depuis maintenant plusieurs années.

Pour toutes ces raisons-là, nous, chez les Radicaux ne pouvons qu’ approuver l’attribution des subventions faites aux associations pour un montant s’élevant à 12 585E. À l’Office Central de Coopération à l’Ecole (OCCE) avec 800E, à l’Accueil des Gens du Voyage d’Ille-et-Vilaine avec 600E ou encore au Groupe Rennais de Pédagogie et d’Animation sociale avec 1500E. …

J’aimerais pour finir emprunter cette citation à un grand homme. Comme le disait très justement Kofi A. Annan: « Rien n’est plus important que de bâtir un monde dans lequel tous nos enfants auront la possibilité de réaliser pleinement leur potentiel et de grandir en bonne santé, dans la paix et la dignité ».

Honore PUIL

Président Groupe Mouvement Radical

Info qui pourrait vous intéresser...

Conseil municipal du 8 février 2021 : Honoré Puil est intervenu sur la question de la précarité étudiante

Madame la Maire, Chers collègues, Le contexte actuel lié à la covid 19 a plongé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize + huit =